Ce site dédié à l'oeuvre de Charles JULIET est un espace de documentation subjective et de rencontre entre ses Lecteurs et l'Association "La Cause des Causeuses", Avec son accord, les principaux événements concernant son actualité éditoriale et ses rencontres publiques y sont évoqués.

Jean-Pierre SIMEON

Lectures fondatrices et absence de fioritures chez Charles JULIET par Jean-Pierre SIMEON

 Juliet aime passionnément la lecture, les livres. Boulimique même. On sait cependant que c'est à vingt ans passés, dans la bibliothèque de l'Ecole de Santé Militaire de Lyon, qu'il rencontre réellement la littérature. Il fouille, découvre, pêle-mêle, des dizaines d'écrivains. Une avidité qui n'a rien à voir avec un quelconque besoin de divertissement. C'est tout le contraire. La soif inquiète -ontologique- qui le dévore a tôt fait de choisir : l'âge d'homme de Michel Leiris, les lettres de Van Gogh... " Non tous les livres, ceux qui agrandissent la vie, poussent à creuser davantage."

On lit les livres qu'on mérite, ou plutôt qu'on voudrait mériter, dont on rêve d'être à la hauteur. A vingt-six ans, Juliet découvre la poésie contemporaine. Par quelle miraculeuse intuition s'attache-t-il pour commencer à Blas de Otero, dans l'anthologie parue chez Seghers à l'automne 59 ? Le titre bien sûr pour ce jeune homme engoncé dans ses ombres et ses doutes, est un appel : Parler Clair. J'ai sous les yeux l'exemplaire personnel de Juliet, acquis en 1960 et je lis, surligné au stylo bleu, à la règle, dans l'avant-propos de Claude Couffon, ceci : "Otero est sans doute celui qui a été le plus loin dans le chemin de la précision, de la rigueur de l'expression poétique. Chez lui aucune fioriture. Chaque mot a sa valeur propre, sa nécessité, son sens, souvent même son double-sens. Chaque vers est un élément efficace, net et tranchant comme la voix exigeante qui le dicte" En Juliet dans le texte, si l'on ose dire.

 

Jean-Pierre SIMEON | La conquête dans l'obscur | jeanmichelplace/poésie |  Collection dirigée par Zéno Bianu | 2003 | p.28